• Estivada 2014 : un succès oui mais !Estivada 2014 a connu le succès.Estivada 2014 : un succès oui mais !Dès le tout début avec la soirée spéciale consacrée au groupe mythique de la musique occitane à la longévité exceptionnelle, Nadau (voir les vidéos dans spécial Estivada bas colonne centrale). Sans oublier la banda béarnaise "Les Boleros Burgais" qui ont inauguré l’Estivada de manière festive, au sein du Village du  festival (voir vidéo). Et, puisque le Béarn et son esprit de fête rendaient visite, les organisateurs avaient invité, à se vêtir de blanc pour cette soirée exceptionnelle et du foulard rouge,  la marca de la fèsta ?
    On notera également la prise de parole des Intermittents pour exprimer leurs préoccupations (voir vidéo spécial Estivada bas colonne centrale).

    En dehors des concerts, signalons les animations (musiques, danses et conférences) tout au long de la journée. Estivada 2014 : un succès oui mais !Et dès 18 h des petits concerts pour danser, comme par exemple la petite guinguette, mais également des chants repris à l'improviste. 

    Estivada a été l'occasion à travers une exposition de montrer la qualité et l'importance de la littérature et de l'enseignement occitansEstivada 2014 : un succès oui mais !. Pour Marie-Jeanne Verny membre de la Felco et professeur d'occitan à la fac de Montpellier : "l'article 40 confirme et inscrit dans la loi, des dispositions introduites progressivement au cours des décennies précédentes et ouvre des possibilités à l'enseignement des langues régionales, notamment l'Occitan". Et de préciser : "l'Aveyron est le département de Midi-Pyrénées qui compte le pourcentage le plus élevé d'élèves bilingues".

    Estivada 2014 : un succès oui mais !Ce fut également la présentation de l'association des élus occitans (ACEOC), dont l'objectif unique est la promotion de la langue et de la culture occitanes. Les membres de l’association s’engagent à assurer la promotion d’une politique publique en faveur de la langue qui est le patrimoine de tous ceux qui vivent sur le territoire occitan.
    On notera le départ de personnes non élues, durant cette AG, qui ne se sentaient plus concernées, puisque non élus. Peut être un manque de communication au niveau des organisateurs ? (1)

    Bien entendu il a été question du redécoupage des régions. A ce sujet on notera les propos de Marcel Mateu, vice-président de Languedoc-Roussillon "Et pourquoi pas une grande région de l'Occitanie !".Estivada 2014 : un succès oui mais ! Alors que le redécoupage voté montre un certain désarroi parmi les élus et la population, voilà qu'une telle idée pourrait engendrée davantage de réactions. Exemple : un région occitane demandera une redéfinition des frontières des départements. En effet une partie de la Gironde, de Rhône-Alpes, du Languedoc-Roussillon, du Pays basque et j'en passe, n'est pas occitane ! Vous voyez d'ici le travail !!! Exemple Bayonne : Basque ou Occitan ?

    Quelques regrets : Le lendemain, après le concert de Nadau, le blanc et le foulard rouge avaient pratiquement disparu !!! L'organisateur Patric Roux n'a, d'ailleurs, pas montré l'exemple à ce sujet !Estivada 2014 : un succès oui mais !
    A part les deux premiers concerts acceptables "décibellement" , les autres nous ont asséné de décibels insupportables, au point d'être obligé de parler de bouche à oreille à plus de 300 m de la scène. Pour un grand nombre, merci les boules Quies. Mais ça rapporte au fabricant ! Et ça fait travailler les ORL et ça coûte à la sécurité sociale ! Sans parler des sourds à venir ! Sans doute que si les musiciens recevaient le même taux de décibels, qu'ils demanderaient aux techniciens de  baisser le son. Le problème, c'est qu'ils sont équipés d'oreillettes-retours de scène, et ce n'est plus pareil ! Dommage que des groupes de grande qualité musicalement et vocalement et qui donnent un renouveau occitan, gâchent tout en nous cassant les oreilles !
    Que les instruments d'aujourd'hui (batterie, trompette, clarinette ...) se mélangent aux instruments traditionnels (violons, accordéons...) pas de problèmes, c'est même nécessaire. Mais que la sono sur-amplifiée transforme la musique en bruit, c'est inacceptable. Le problème c'est que ce phénomène se multiple de plus en plus dans tous les concerts, même traditionnels !!! Alors osons mettre des banderoles lors de concerts sur "décibellisé" : " nous ne sommes pas encore sourds" !!! Raison pour laquelle nous ne publions pas ces concerts.
    Petit rappel : Lors d'un concert amplifié, vous êtes soumis au respect du décret N° 98-1143 du 15 décembre 1998 sur les lieux musicaux, qui prévoit une limitation du niveau sonore sur le public: les fameux 105 dB(A). Mais pourquoi pas, au nom de la sécurité, inventer des radars (c'est la mode) anti-sonores, coupant la sono en cas de dépassement légal ?

    Avertissement à Patric Roux, organisateur d'Estivada :Estivada 2014 : un succès oui mais !
    Attention à la "grandiosité" du festival, ça va coûter de plus en plus cher ! Tout en sachant que les subventions de tous niveaux diminuent et continueront à diminuer ! Un exemple : le Festival de Saint Chartier à failli capoter. Il ne doit sa survie qu'après être revenu aux sources : un festival occitan dans toute sa simplicité qui s'intitule, aujourd'hui  "le son continu" et reste dans le parc du château d’Ars vers La Châtre en Berry (36).
    Tout comme les festivaliers d'Estivada qui commencent à regretter le parc à ses débuts beaucoup plus festif et convivial. 

    Pierre Haertelmeyer

    www.elegitsoccitans.eu / info@elegitsoccitans.eu

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique